Axe 1
Programme de recherche sectorielle sur les stratégies d'affaires et la commercialisation des technologies de rupture pour des industries porteuses pour l'économie québécoise et canadienne.

1.1 Stratégie de marché et innovation (Vincent SABOURIN et Louise KELLY):

Vincent Sabourin et Louise Kelly s’intéressent aux facteurs reliant la stratégie d’entreprise et l’innovation.

Un des défis importants pour l’économie québécoise est de mieux connaître les relations existantes entre les innovations associées à des technologies de rupture d’une part, et les stratégies de commercialisation permettant de se positionner sur le marché nord-américain et sur les marchés mondiaux, d’autre part.

Dans ce contexte, la première phase du projet de recherche vise à identifier les facteurs déterminants dans la relation entre la stratégie d’entreprise et l’innovation. La seconde phase vise à réaliser des analyses discriminantes entre les entreprises technologiques dites « innovantes » et les entreprises non technologiques dites « non innovantes ». Le programme de recherche vise à connaître avec plus de précision le rôle joué par les différents facteurs identifiés dans la première phase et permettant de mieux connaître de quelle façon le comportement des entreprises dites technologiques est différent et repose sur des choix stratégiques particuliers.

Par ailleurs, cette recherche sectorielle vise à faire l’étude de secteurs particuliers faisant l’objet de technologie de rupture comme les technologies d’information et des communications, les technologies environnementales et les nouveaux matériaux.

L’objectif du projet vise à identifier des stratégies de commercialisation propres à des secteurs traditionnels des pays de l’OCDE vivant des technologies de rupture afin d’identifier des stratégies d’affaires gagnantes et de les généraliser aux entreprises québécoises. Le programme de recherche sectorielle poursuit les objectifs suivants :

  • Étude des facteurs permettant de mieux comprendre la stratégie des entreprises à caractère technologique innovantes vs les entreprises traditionnelles non innovantes;
  • Identification des stratégies d’affaires gagnantes dans les pays de l’OCDE pouvant être généralisées aux entreprises québécoises;
  • Identification des obstacles auxquels sont confrontés les entreprises face à l’intégration des technologies de rupture et les mécanismes pouvant faciliter leur intégration technologique.

1.2 Intelligence d'affaires et plateformes électroniques (Kamal BOUZINAB)

La contribution du professeur Kamal Bouzinab au projet de l'Observatoire s'effectuera sur le volet de la recherche sectorielle portant sur les stratégies d’affaires et de commercialisation d’offres issues de l’innovation incrémentale ou de rupture. Le professeur Bouzinab compte mener des recherches portant sur l’étude de l’impact des systèmes de veille et d’intelligence stratégique sur la réussite de la mise en marché des offres issues des stratégies d’innovation.

Ces recherches visent à développer des modèles théoriques et des outils pratiques adaptés à l’ère numérique. Ces modèles et ces outils seront déployés par l’observatoire pour mener à bien son mandat de veille stratégique et concurrentielle sur les secteurs porteurs pour l’économie québécoise et canadienne. Plus concrètement, une étude critique et comparative des systèmes d’intelligence existants (modèle américain, canadien, français, scandinave et japonais) sera réalisée afin de comprendre leurs spécificités, d’identifier leurs forces et faiblesses, et surtout, d’en déduire les dimensions  qui favorisent le développement et la mise en marché des offres issues de l’innovation. Cette première étude permettra de développer une approche théorique des modes opératoires et des outils pratiques adaptés à la réalité des secteurs porteurs de valeur que ciblera l’Observatoire, au Québec et au Canada. 

Au-delà d’une simple démarche de veille, une démarche d’intelligence stratégique implique également une influence sur le processus de prise de décisions à l’interne et à l’externe. Afin d’aider les entreprises à formuler et à exécuter efficacement leurs stratégies de mise en marché des offres issues de leurs programmes, processus ou technologies d’innovation (incrémentales ou de rupture), un volet touchant les stratégies d’influence sera aussi développé. Plus concrètement, notre objectif pour cette deuxième partie est de répondre aux questions suivantes :

  • Comment les entreprises québécoises et canadiennes s’y prennent-elles pour tenter d’influencer leur contexte d’affaires à la suite de leurs démarches de veille stratégique en lien avec les offres issues de leurs programmes ou stratégies d’innovation?
  • Comment cette démarche d’influence s’inscrit-elle dans leur processus de planification et de gestion stratégique?
  • Quelles sont, sur le plan international, les meilleures pratiques et stratégies d’influence favorisant la commercialisation des offres issues de l’innovation?
  • Quelles stratégies d’influence, s’inscrivant dans un système d’intelligence stratégique au sens large, seraient les plus adaptées aux entreprises québécoises et canadiennes?

Nous comptons effectuer des demandes de subventions auprès des organismes gouvernementaux et rechercher des partenariats avec des entreprises ou des associations sectorielles qui seraient intéressées par les problématiques couvertes à travers ce projet de recherche. 

1.3 Gouvernance de l'innovation (Andrew PAPADOPOULOS)

Les intérêts de recherche du professeur Papadopoulos portent sur plusieurs perspectives reliées à l’innovation. Il examine :

  • Comment la diversité démographique, professionnelle et académique des hauts cadres et du conseil d’administration impacte les différents aspects de la performance de l’entreprise et le développement des capacités et des compétences en matière d’innovation. 
  • Les facteurs de réussite de la coopération inter-firme.

Ce second intérêt constitue le prolongement des recherches de sa thèse de doctorat et de son expérience professionnelle dans le domaine des fusions et acquisitions ainsi que des alliances.